Voyager

Quelles compagnies aériennes utilisent des Airbus A380 sur les routes australiennes ? Le retour du superjumbo

“Trop gros, trop cher à exploiter, un anachronisme” – tels sont quelques-uns des verdicts rendus sur l’A380, le plus gros avion de passagers au monde.

Peu de temps après que l’A380 ait emmené pour la première fois des passagers payants dans les airs – à bord d’un vol Singapore Airlines de Singapour à Sydney en octobre 2007 – les compagnies aériennes du monde en étaient tombées amoureuses.

Le poids énorme du géant à quatre moteurs en a fait un gros consommateur d’essence, et lorsque les prix du pétrole ont grimpé en flèche, l’A380 a commencé à ressembler à un dinosaure. Les compagnies aériennes qui avaient signé pour le superjumbo annulaient des commandes. Le client de lancement Singapore Airlines a été l’un des premiers à être désenchanté, abandonnant son premier A380 après à peine une décennie de service.

La pandémie est venue et la majeure partie de la flotte mondiale d’A380 a été mise en pâture dans les déserts de l’ouest des États-Unis et dans l’installation de stockage d’avions d’Asie-Pacifique près d’Alice Springs. Certains dans l’industrie aéronautique se demandaient si ces A380 mis sous cocon retrouveraient un jour une place dans le ciel.

Pour de nombreux dépliants, ce fut un coup dur. Voyager à bord de l’A380 a toujours fait le buzz. C’est super doux, silencieux sauf si vous êtes à l’extrémité arrière et cette grande et large cabine semble spacieuse et aérée. Pour les voyageurs d’affaires, il y a généralement un bar, et le pont supérieur, qui a souvent une section économique ainsi que des sièges d’affaires, est l’une des meilleures cabines économiques que vous ayez jamais voyagées. Mais à mesure que le transport aérien se remet sur pied, le géant des quatre moteurs retrouve des faveurs, ce qui lui vaut au moins un sursis, et peut-être même une renaissance pour certaines compagnies aériennes.

Selon les données de Cirium, à partir d’un sommet de plus de 10 000 vols A380 en janvier 2020, il y a eu moins de 1 000 vols par mois pendant le reste de 2020. Le creux est survenu en juin de la même année lorsque le nombre de vols passagers A380 est tombé en dessous 50 pour tout le mois. Les chiffres sont restés faibles tout au long des six premiers mois de 2021, mais à partir de la mi-2021, la demande de voyages a commencé à augmenter et les A380 sont revenus sur les voies aériennes, se terminant par 3000 vols en décembre. Tout au long de 2022, la tendance s’est poursuivie, avec environ 5000 vols d’A380 d’ici le milieu de l’année et en augmentation. Aujourd’hui, environ un tiers de la flotte mondiale d’A380 est de retour dans les airs. D’ici la fin de 2022, le nombre de vols d’A380 devrait représenter environ 60 % du nombre d’avant Covid.

Surtout sur les marchés où il y a eu une recrudescence de la demande de voyages longue distance, comme l’Australie, l’A380 fait ses preuves en tant que bête de somme. Aujourd’hui, sept compagnies aériennes exploitent des A380. Ce n’est que la moitié du nombre de ceux qui ont piloté l’avion depuis 2007, mais quatre de ces sept compagnies aériennes opèrent des vols vers l’Australie.

L’affection de Qantas pour le superjumbo n’a pas été ébranlée par la pandémie. La compagnie aérienne nationale exploite des A380 sur son vol phare QF1 entre Sydney et Londres via Singapour depuis la mi-juin. Après une brève apparition sur la route Sydney-Los Angeles, Qantas a déployé ses trois A380 actifs sur la route kangourou vers le Royaume-Uni. Les Boeing 787 assurant actuellement des liaisons vers Los Angeles depuis Melbourne et Sydney seront à terme remplacés par des A380. Trois autres superjumbos Qantas sont actuellement en cours de rénovation à Abou Dhabi et la compagnie aérienne prévoit de remettre en service 10 de sa flotte A380 de 12 appareils, avec le plein équipement de retour dans le ciel au début de 2024.

Depuis mars 2022, peu de temps après que l’Australie a ouvert ses frontières pour permettre des voyages internationaux sans entrave, Emirates exploite un service A380 biquotidien entre Sydney et Dubaï. EK415, qui arrive à Sydney à l’aube, continue jusqu’à Melbourne. Dans l’autre sens, le vol Emirates EK 409 est un service Airbus A380 quotidien sans escale de Melbourne à Dubaï. Emirates propose également un service A380 quotidien entre Dubaï et Brisbane.

Emirates a été de loin le premier client de l’A380, acquérant un total massif de 118 appareils dans sa flotte. Selon Planespotters.net, 71 de ces avions sont toujours en service actif. C’est plus que le nombre total d’A380 actuellement exploités par toutes les autres compagnies aériennes réunies. Emirates exploite désormais un service A380 au départ de Dubaï vers 27 villes, dont Port Louis sur l’île Maurice, Sao Paolo au Brésil et Amman en Jordanie. Le dernier A380 construit avant qu’Airbus n’arrête la fabrication de l’avion géant a été livré à Emirates en décembre.

L’autre transporteur de l’État du Golfe exploitant un service A380 vers l’Australie est Qatar Airways, avec un vol quotidien entre Doha et Sydney. C’est une surprise puisque le PDG du Qatar, Akbar Al Baker, n’est pas fan de l’A380, le décrivant une fois comme la “plus grosse erreur” de la compagnie aérienne lors d’un webinaire de 2021 organisé par le site d’actualités aéronautiques Simple Flying.

La quatrième compagnie aérienne desservant l’Australie avec des A380 est Singapore Airlines, dont le vol SQ231 est un service quotidien entre Singapour et Sydney. La compagnie aérienne compte actuellement 17 A380 dans sa flotte, dont neuf sont toujours en service.

Voir également: Avis de la compagnie aérienne : Note parfaite pour la classe affaires de cet A380

Voir également: Les avions sur lesquels nous volerons dans un futur proche

Articles Liés

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button