Monde

Un rapport de l’ONU cite des “schémas d’abus” présumés dans le traitement de la minorité ouïghoure par la Chine

NOUVEAUVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

Un rapport tant attendu des Nations Unies allègue que le gouvernement chinois a commis de “graves violations des droits de l’homme” lors de sa détention de Ouïghours et d’autres groupes ethniques majoritairement musulmans dans la région occidentale du Xinjiang.

Le rapport de 48 pages, qui, selon les diplomates occidentaux et les responsables de l’ONU, était presque prêt depuis des mois, a été publié à quelques minutes du mandat de quatre ans de la chef des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet.

Des tours de garde se dressent sur le mur d’enceinte du centre de détention n°3 d’Urumqi à Dabancheng, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (ouest de la Chine).
(AP Photo/Mark Schiefelbein, Fichier)

Tirés d’entretiens avec d’anciens détenus dans huit centres de détention distincts de la région, ses auteurs suggèrent que de «graves» violations des droits de l’homme ont été commises au Xinjiang dans le cadre des politiques chinoises de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, qui ont ciblé les Ouïghours et d’autres communautés musulmanes, entre 2017 et 2019.

Le rapport cite des “schémas de torture” à l’intérieur de ce que Pékin appelle des centres de formation professionnelle, qui faisaient partie de son plan réputé pour stimuler le développement économique dans la région, et il pointe des allégations “crédibles” de torture ou de mauvais traitements, y compris des cas de violences sexuelles. .

ÉTATS-UNIS, CHINE, PLANIFICATION BIDEN, XI RÉUNION MAIS “PAS ENCORE DE RÉSOLUTION”: OFFICIEL

Surtout, peut-être, le rapport avertit que la “détention arbitraire et discriminatoire” de tels groupes au Xinjiang, par des mesures qui les ont privés de “droits fondamentaux … peut constituer des crimes internationaux, en particulier des crimes contre l’humanité”.

Les auteurs du rapport disent qu’ils ne pouvaient pas confirmer les estimations du nombre de personnes détenues dans les camps d’internement. Mais ils ajoutent que, sur la base des preuves, il est raisonnable de conclure que le nombre détenu “au moins entre 2017 et 2019, était très important, comprenant une proportion substantielle d’Ouïghours et d’autres populations minoritaires à prédominance musulmane”.

Le rapport appelle à une réponse internationale urgente concernant les allégations de torture et d’autres violations des droits dans la campagne de Pékin pour éradiquer le terrorisme.

Un agent de sécurité surveille depuis une tour de garde autour d'un centre de détention dans le comté de Yarkent, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine.

Un agent de sécurité surveille depuis une tour de garde autour d’un centre de détention dans le comté de Yarkent, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine.
(AP Photo/Ng Han Guan)

Bachelet a écarté les appels chinois répétés demandant à son bureau de retenir le rapport, qui fait suite à son propre voyage au Xinjiang en mai et qui, selon Pékin, fait partie d’une campagne occidentale visant à salir la réputation de la Chine.

L’ambassadeur de Chine à l’ONU, Zhang Jun, a critiqué le rapport quelques heures avant sa publication, réitérant que Pékin restait “fermement opposé” au rapport.

“Nous n’avons pas encore vu ce rapport, mais nous sommes totalement opposés à un tel rapport, nous ne pensons pas qu’il apportera du bien à qui que ce soit”, a déclaré Zhang à des journalistes en dehors du Conseil de sécurité. “Nous avons dit très clairement au haut-commissaire et à plusieurs autres occasions que nous sommes fermement opposés à un tel rapport.”

Il a allégué que la “soi-disant question du Xinjiang” était une invention destinée à saper la stabilité de la Chine et à entraver son développement.

Au cours des cinq dernières années, la campagne de détention massive de la Chine au Xinjiang a entraîné environ 1 million de Ouïghours et d’autres groupes ethniques dans un réseau de prisons et de camps, que Pékin a appelé des “centres de formation” mais que d’anciens détenus ont décrits comme des centres de détention brutaux.

Certains pays, dont les États-Unis, ont accusé Pékin d’avoir commis un génocide au Xinjiang.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Sophie Richardson, directrice pour la Chine à Human Rights Watch, a exhorté les 47 membres du Conseil des droits de l’homme, dont la prochaine session aura lieu en septembre, à enquêter sur les allégations et à demander des comptes aux responsables.

L’Associated Press a contribué à ce rapport.

Articles Liés

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Ads Blocker Detected!!!

We have detected that you are using extensions to block ads. Please support us by disabling these ads blocker.

Powered By
Best Wordpress Adblock Detecting Plugin | CHP Adblock